Jean-Charles Gautier - Collectionneur

Quelle affiche des films Just a Gigolo ou Furyo (anglaise, italienne, française, japonaise, couleur, noir et blanc…) présenter ? quel dossier de presse avec photos correspondant à la tournée américaine de 1973 faut-il montrer ? quel hebdomadaire musical mettant la rock star en couverture au moment de la sortie de Ziggy Stardust faut-il retenir ? quel visuel et matériel publicitaire de l’album Young Americans est le plus intéressant ? Les questionnements et dilemmes furent nombreux pour Jean-Charles Gautier lorsque celui-ci accepta de mettre sa collection de ce que les anglo-saxons appellent la memorabilia au service de l’exposition Bowie Odyssée qu’il alimentera avec un nombre impressionnant de raretés. « Il m’a fallu par exemple faire le tri dans les 600 pochettes de disques que je possède, pour en retenir seulement une trentaine qui me paraissent être des choses vraiment essentielles ou surprenantes », raconte-t-il.
Parmi les plusieurs centaines d’affiches qu’il a acquis au cours des différentes décennies, il en a (avec beaucoup de difficultés évidemment !) choisi 92 pour l’expo.

Ce parfait connaisseur de l’histoire du rock est en effet l’un des plus gros collectionneurs au monde de documents liés à David Bowie. Du simple petit cendrier ou briquet promotionnel à l’affiche géante annonçant une sortie d’album ou une séance de dédicace dans un Virgin Megastore, en passant par des partitions illustrées datant du début des sixties, il possède tout ce qui a trait à un artiste dont il connait chaque détail de carrière. Une histoire qui commença pour lui à la fin des années 60, alors qu’il était en séjour linguistique en Angleterre et qu’il entendit pour la première fois Space Oddity passant à la radio… Il acheta le 45T chez un disquaire local. Depuis le virus de la quête de « l’objet David Bowie » ne l’a jamais quitté.

A l’écouter, l’exposition Bowie Odyssée dans laquelle il s’est déjà beaucoup investi personnellement va être un évènement unique en son genre. «Une bonne partie du matériel qui va y être rassemblé n’a en effet jamais été vu par un quelconque public, que ce soit bien sûr au niveau national mais aussi au niveau international.».
« Cela risque d’être colossal », rajoute-il aussi…

Eric Tandy
Commissaire d’exposition