Le festival

 

Depuis sa création en 1979, le Rhino Jazz(s) Festival n’a de cesse de créer l’événement dans le monde des musiques de jazz(s). Le Rhino prend en considération les jazz(s), du blues, à la soul en passant par un soupçon de rock, il y en a pour tous les goûts. De Lyon à Firminy, en passant par Vienne et Saint-Etienne, le festival offre, chaque année, plus d’une cinquantaine de concerts.

Disparu l’an dernier, David Bowie restera comme l’une des plus grandes icônes musicales de notre époque, l’artiste caméléon et protéiforme laissant une œuvre magistrale où, derrière la pop et le rock, s’immiscait souvent en filigrane une proximité avec le jazz que le David Jones des débuts jouait au saxophone. C’est à ce personnage incontournable que le Rhino a souhaité rendre hommage à travers de nombreux rendez-vous qui se prolongeront encore lors de la prochaine édition. Pour l’heure, le Festival a lancé à trois formations le défi de revisiter les thèmes majeurs de son vaste répertoire dans une fresque sonore tout à fait inédite. Impérial Quartet,Possible(s) Quartet, et The Band from David Bowie’s Blackstar se partageront donc en exclusivité trois créations mondiales sous la direction artistique avisée de Daniel Yvinec. La venue de Donny McCaslin (sax) avec The Band from DB’s. Blackstar constitue un événement exceptionnel puisqu’il s’agit des derniers musiciens de Bowie qui ont réalisé avec lui son testamentaire album.

Par ailleurs, de nombreux rendez-vous parallèles à ces créations rythmeront cette édition. Mais si l’androgyne David sera en fil rouge tout au long de cette édition où bon nombre des artistes présents donneront une version inédite d’un titre de Bowie, les voix de plusieurs « divas » se feront également entendre. Jazzy glamour chez Dianne Reeves, teintée de pop-folk américaine pour le grand retour de Youn Sun Nah, blue-gospel pour la touchante Emma Lamadji (Free River), blue-soul effréné chez la tigresse J.J Thames ou soul-funk frénétique avec Marta Ren et ses Groovelvets. De grandes dames auxquelles on ajoutera, plus proche de nous, les virtuoses musiciennes Elodie Pasquier (clarinette) et Airelle Besson (trompette en duo avec le violoncelliste Vincent Segal). Car le Rhino c’est aussi et surtout une diversité de propositions intimes, de lieux et d’ambiances, que ce soit en solo, duo ou trio, avec bon nombre de belles découvertes (Thomas Ford, Antoine Boyer et Samuelito, Zacharie Dangoin, Alex Massmedia, Dakhabrakha …) et d’artistes de renom (Pipon Garcia, Renaud Garcia-Fons, Girma Bèyènè…). Bref, une 39ème édition plurielle et savoureuse comme on les aime, en attendant de fêter l’an prochain la quarantième édition du Rhino !