Le festival

 

Depuis sa création en 1979, le Rhino Jazz(s) Festival n’a de cesse de créer l’événement dans le monde des musiques de jazz(s). Le Rhino prend en considération les jazz(s), du blues, à la soul en passant par un soupçon de rock, il y en a pour tous les goûts. De Lyon à Roanne, en passant par Vienne et Saint-Etienne, le festival offre, chaque année, plus d’une cinquantaine de concerts. La 38ème édition du Rhino Jazz(s) Festival raconte une histoire de souffle, autour des cuivres, des vents et des voix. Le festival accueillera cette année Dee Dee Bridgewater, Ray Anderson & The Pocket Brass Band, A.J. Croce, Ala.Ni, Musica Nuda, et bien d’autres… 

« Quel souffle ! Avec plus de 50 concerts, le Rhino aborde sa 38ème édition comme on part à l’assaut des 38ème rugissants, vent en poupe et ça va souffler grave ! Les cuivres sont particulièrement astiqués pour faire rutiler une programmation où se côtoient les saxophones fous de Shabaka Hutchings (Comet is Coming), Nadège Dumas (Bone’s Project) et Lionel Martin, les trompettes phénoménales d’Airelle Besson, Médéric Collignon, Boney Fields ou Théo Croker, et les trombones musclés de Ray Anderson (et son incroyable Pocket Brass Band) ou de Franck Boyron (La Subienda). Autant de grands noms qui s’ajoutent aux sections démoniaques qui vont partout enflammer les scènes où se produiront Get The Blessing (avec la rythmique de Portishead !), The Rad Trads, Le NMB Brass Band (avec Sir Jean), No Water Please, Jazz Combo Box, les Monstroplantes, Docteur Lester, Alexis Evans ou le Bang Bang de la pétulante Robyn Bennett.

Beaucoup de couleurs cuivrées donc, dans une édition où le Delta-blues du Mississippi et l’influence originelle de la Nouvelle-Orléans sont particulièrement honorés, notamment par la grande Dee Dee Bridgewater, le magnifique « Music is my Home » de Raphaël Imbert, le duo d’anthropologues Stantchev-Martin, comme l’autre duo The Two qui se produira lors de la traditionnelle Blues Night en compagnie de la légende de la guitare deep-south Zac Harmon et des fidèles Mountain Men, pour la première fois en quartet. Car outre les grosses armadas étincelantes et tonitruantes, le Rhino 2016 privilégie ces formules plus intimes et particulièrement propices à l’ambiance des lieux. Ainsi des duos magiques d’Airelle Besson et Lionel Suarez comme de Cherif Soumano avec Sébastien Giniaux, et des ovniques Wang Li-Wu Wei et autres Snowdrops de la fée Christine Ott comme le Festival aime tant vous présenter. Autre duo exceptionnel, avec la venue de Musica Nuda et le grain extraordinaire de Petra Magoni, puisque le souffle va aussi fougueusement passer par des voix féminines dans cette 38ème édition où l’on entendra également Cyrille Aimée, Ala.Ni, Ana Carla Maza (et son merveilleux violoncelle), les Soul Sisters (avec l’organiste Rhoda Scott) ou les Glossy Sisters. De quoi vous souffler, assurément ! »

Michel Clavel

Rédacteur du Rhino-Jazz(s) Magazine